« RH 2.0 Camp : atelier 2.0 et recrutement | Accueil | RH 2.0 Camp : atelier Talent Intelligence et SIRH »

05/07/2010

RH 2.0 Camp : atelier 2.0 et réputation employeur

RH 2.0 CampAnimé par Véronique Frogé (I&E) et Hervé Gabadou, Avocat Associé au sein du cabinet Courtois-Lebel, l'atelier "2.0 et réputation employeur" a fait salle comble. De quels moyens, technologiques notamment, disposent les entreprises ? Liberté d'expression des salariés contre image de l'entreprise, quel périmètre définir ? Que faire en cas de bad buzz ? Importance de la qualité du lien qu'établissent les entreprises, histoires de bonnes ou mauvaises réputations à l'appui, le débat est ouvert.

Gérer sa réputation employeur dans un monde 2.0, c'est un peu comme jouer à pile ou face. Côté pile, l'entreprise découvre plein de nouvelles opportunités pour sa communication RH, que de nouveaux contacts avec les candidats en perspective ! Côté face, attention, terrain miné : le 2.0 comporte de grands risques de retentissements négatifs pouvant notamment faire le jeu des syndicats. "Le risque sur Internet, c'est que tout dure, est immédiat et a une portée internationale", rappelle Hervé Gabadou en précisant que la question du Droit arrive très rapidement quand on se penche sur la réputation employeur. Par ailleurs, c'en est fini des organisations en silos, le sujet de la réputation employeur doit être traité par des équipes englobant les RH, le juridique, la communication et les Systèmes d'Information. 

1 - De quels moyens les entreprises disposent-elles ? 

  • Les réseaux sociaux, internes ou pas, les widgets personnalisés, les profils personnalisés des salariés : les réseaux sociaux posent la problématique de l'image de l'entreprise confrontée à la liberté d'expression des salariés. Un périmètre doit donc être défini dans une charte d'usage des medias sociaux ;
  • Créer de la transparence et anticiper sur la durée : présentation de Meilleuresentreprises.fr, site d'information sur les employeurs et les bonnes pratiques RH, dont le but est de créer de la transparence et de favoriser sur son site la capacité d'expression des salariés. Mais existe-t-il un moyen de vérifier la véracité des informations communiquées par les salariés ? "Oui, répond Elodie Sudreau, chargée de développement chez Meilleuresentreprises.fr, la vérification s'effectue directement auprès des salariés qui doivent fournir des données vérifiables (salaire, poste, position...)." 

2 - Comment les entreprises gèrent-elles le risque ? 

Que faire en cas de commentaires négatifs sur le Web, les supprimer, les noyer ? 

  • Etre transparent et réactif dans les réponses, le cas Domino's Pizza : l'intervention du CEO a permis de rehausser l'image de l'entreprise ;
  • Tirer des leçons de ses erreurs : bien que la réputation employeur n'ait pas été à l'origine du problème, Domino's Pizza a ensuite mis en place une communication RH aux résultats positifs ;
  • Autoriser le débat et se servir des outils, le cas Motorola : plutôt que de censurer en interne, car la censure n'empêche pas qu'un bad buzz se produise ailleurs, Motorola a mis à disposition de ses salariés un certain nombre d'outils (vidéo, Lipdup...) afin qu'ils s'expriment. L'intérêt d'autoriser le débat, de laisser des points de vue différents se manifester est que cela permet à terme l'autorégulation. 

Il ressort que certaines des entreprises présentes à cet atelier ne disposent pas de moyens pour gérer leur réputation employeur. "On subit", constate Twenga. "Pas d'organisation", renchérit Véronique Sellem, Responsable de Projets RH chez Assystem

Véronique Frogé questionne les participants : quelle dimension de la marque employeur ressort le plus à leurs yeux, la positive (opportunité), la négative (contrainte : on ne peut pas y échapper) ? Les réponses sont majoritairement positives. "Le fait de construire est motivant, l'obligation n'étant pas pesante s'il s'agit d'être dans l'air du temps en étant acteur", déclare Véronique Sellem (Assystem). 

3 - Une image employeur solide, la qualité du lien, boucliers contre les attaques 

  • Une image employeur solide : Prenons pour exemple La Société Générale qui a bâti une bonne communication RH, notamment sur son compte Twitter @CareersSocgen. Elle n'est pas attaquée sur ce média sur l'affaire Kerviel qui est pourtant revenue récemment au coeur de l'actualité. Ceux qui la suivent et apprécient la qualité de ses informations reconnaissent même être réticents à diffuser ou relayer l'actualité négative. 
  • La qualité du lien : Les anciens d'une entreprise peuvent aussi être ses ambassadeurs, comme le souligne Véronique Frogé : "La qualité du lien que l'on a établi avec l'entreprise dépend de l'expérience que l'on a ou que l'on a eu avec elle". Enfin, Jacques Froissant revient sur l'importance du rôle des RH "qui est aussi d'être à l'écoute des managers sur le terrain, de les accompagner (notamment au niveau psy) ; le prolongement naturel est d'aller à leur rencontre sur le Web".

TrackBack

URL TrackBack de cette note:
https://www.typepad.com/services/trackback/6a00d83451e4be69e20134852146df970c

Listed below are links to weblogs that reference RH 2.0 Camp : atelier 2.0 et réputation employeur:

Commentaires