« Le Journal des RH, un nouveau site d'information professionnel, proposé par Moovement. | Accueil | Photocité simplifie la conception de vos livres photo »

18/06/2008

De l'influence des créateurs ...

Platini holding the 1984 European Championship trophy

Image via Wikipedia

Non je ne vais pas vous parler de foot ! Quoique une équipe de France de football sans son créateur, ce n’est plus la même chose : remember,  sans Platini, Zidane, et hier soir Ribery, les équipes ont perdu leur âme.

En est-il de même pour les start-up ? Les départs récents de fondateurs emblématiques de sociétés du web 2.0 comme Tariq Krim (Netvibes), Benjamin Bejbaum ( Dailymotion), ou de Caterina Fake et Stewart Butterfield (Flickr) auront-ils les mêmes conséquences ?  Difficille de se prononcer, mais de manière générale et par expérience le départ des fondateurs se fait essentiellement dans ces trois cas de figure :

- 1 : débarqué pour manque de résultats et/ou perte de confiance des investisseurs : très perturbant pour l’équipe, départ en chaine souvent, et redémarrage (dans le meilleur des cas) de l’entreprise avec un nouveau management et une « âme » différente (Sarenza par exemple)

- 2 : démission pour faire autre chose (autre projet, vacances,…) ou pour passer la main quand les opérations sont bien lancées (cas des fondateurs ayant l’âme de créateur mais pas celle de développeur) : succession généralement préparée donc start-up continuant dans le même feeling, dans ce cas le fondateur reste souvent au board. Flickr serait pour moi dans cette catégorie. Mais les risques demeurent : Kelkoo après le départ de Pierre Chappaz a sans doute beaucoup perdu de sa capacité à se renouveler et donc son âme.

- 3 : poussé dehors car pas les épaules pour mener une société en train de réussir ( la société grossit, le modèle change ou s’affine, la rentabilité est recherchée, les investisseurs mettent la pression pour mettre un CEO expérimenté à la place du CEO visionnaire) : tout d'abord comme le rappelle Fred Destin c'est un cas logique. C’est aussi le type de cas où les risques d’y perdre ses fondamentaux est le plus grand. Mais attention ce qui est perçu comme perdre son âme par les early adopters, peut aboutir à un service et/ou des produits plus aboutis, plus adaptés pour le client grand public (Dailymotion, Netvibes).

En conclusion, sans ses créateurs une start-up peut y perdre beaucoup, même si il est finalement normal en cas de réussite de passer à une autre étape avec un CEO expérimenté capable de faire passer la société à l’âge adulte. Google, une fois de plus, s’illustre avec toujours  à bord ses fondateurs mais aussi avec un CEO d’expérience : Eric Schmidt (CEO de Novell auparavant).

Zemanta Pixie

TrackBack

URL TrackBack de cette note:
http://www.typepad.com/services/trackback/6a00d83451e4be69e200e5537663328834

Listed below are links to weblogs that reference De l'influence des créateurs ...:

Commentaires

SUIVEZ NOUS !

ALTAÏDE (Paris, San Francisco)

  • Conduire les sociétés françaises et américaines au succès!
    Recrutement et Conseil RH :
    • Executive Search: CEO, CTO, CFO, VP Sales, VP Marketing,..
    • Recrutement 2.0 : Ventes, Marketing, Developpement, R&D, Consulting,…
    • Conseil RH : Externalisation / Outsourcing RH, Team Building, Formation au Recrutement 2.0
    Bridging France and Silicon Valley :
    • Business Development for French/US companies
    • Assistance to French/US companies

ENTREPRENEURS